ÉcoresponsabilitéQu’est ce que la pollution numérique & comment limiter son impact ?

Qu’est ce que la pollution numérique & comment limiter son impact ?

Le digital fait partie intégrante de notre quotidien.

Il a permis d’améliorer nos échanges, de partager de l’information 24h sur 24h et d’e développer plus rapidement nos entreprises.

De nouvelles pratiques s’invitent dans toutes les sphères de notre vie, à tel point qu’elles façonnent notre culture et changent notre rapport au monde : diminution de nos déplacements, gains de temps, accroissement de la collaboration et du partage.

Seulement, nous ne nous rendons pas compte de ses effets négatifs sur l’environnement tels que : la multiplication des équipements, l’augmentation de la consommation d’énergie et de matières premières, l’accroissement des émissions de gaz à effet de serre, la production de déchets, la sollicitation accrue de notre attention …

Ce bond technologique a des impacts réels sur notre vie et notre environnement. En tant qu’entrepreneurs dans le digital, nous pouvons agir afin de limiter ces impacts et c’est ce que nous allons découvrir dans cet article.

Comment le numérique pollue t’il ?

1 – Qu’est-ce que la pollution numérique ?

La pollution numérique désigne la pollution engendrée par toutes les nouvelles technologies.
L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, les émissions de CO₂ de ce secteur sont dues pour moitié au fonctionnement d’internet (transport et stockage des données, fabrication et maintenance de l’infrastructure du réseau) et pour moitié à la fabrication de nos équipements informatiques (ordinateurs, smartphones, tablettes, etc.).

2 – L’impact du numérique sur l’environnement

Aujourd’hui, une page d’un site internet produit environ 1,76 gramme de CO2 par visiteur.

Ce secteur du numérique est responsable aujourd’hui de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et la forte augmentation des usages laisse présager un doublement de cette empreinte carbone d’ici 2025.

Parmi ces émissions de gaz à effet de serre :

– 47% sont dues aux équipements des internautes (ordinateurs, portables, imprimantes, …),

– 53% sont dues aux data centers et infrastructures réseau,

– 15 000 km, c’est la distance moyenne parcourue par une donnée numérique (mail, téléchargement, vidéo, requête web…) pour arriver sur votre écran,

– 10 milliards de téléphones portables vendus dans le monde depuis 2007,

– 9 équipements numériques par personne en 2021 en Europe,

– 150 à 300 kWh/an, c’est la consommation d’une box soit autant qu’un grand réfrigérateur.

Comment nous y remédions ?

Chaque petit geste compte lorsque l’on souhaite diminuer son impact environnemental et même jusqu’à la conception de son site web. Découvrez comment nous y remédions chez Lægger en développant des sites éco-conçus !

1 – Nous hébergeons nos sites chez des fournisseurs de serveurs écoresponsables

L’ensemble des sites que nous concevons sont non seulement hébergés en France et au Canada, mais sont chez des fournisseurs qui utilisent des énergies renouvelables telles que l’hydroélectricité.

Ils ont également une démarche interne écoresponsable tout au long de leur chaîne de valeur, par exemple en :

– réinvestissant dans des projets sociaux et solidaires,

– optimisant leur consommation d’énergie, le recyclage de leurs déchets ou encore,

– utilisant des technologies alternatives pour le refroidissement des machines.

2 – Nous diminuons la taille des fichiers

Plus vous avez de médias (audio, vidéos et images) sur votre site, plus il sera lourd et plus il dépensera en énergie.

Toutes nos images et vidéos sont compressées au maximum tout en gardant la meilleure qualité possible et sont optimisées pour le web.

Les images sont au format SVG et JPEG qui sont très légers.

En plus d’économiser de l’énergie, les médias légers permettent à votre site de charger plus rapidement et d’améliorer l’expérience de l’internaute sur votre site.

3 – Nous utilisons des couleurs économiques

Il est possible d’être écoresponsables même dans le choix des couleurs de sa marque ! Il suffit d’opter pour des couleurs peu gourmandes en encre.

Si vous avez besoin d’imprimer des documents, des flyers, des cartes de visite ou des lettres, l’impression de vos supports se fait par couches (cyan puis magenta, puis jaune, et enfin noir).

Nous proposons à nos clients, des couleurs assez claires ou pauvres en noir.

4 – Nous testons le score Carbone de nos sites et les optimisons

Pour ce faire, nous utilisons le calculateur de carbone de site « Website Carbone » développé par Wholegrain Digital. Il a été créé afin d’aider les entreprises à créer un Internet zéro carbone et d’éduquer sur l’impact du numérique sur l’environnement. Il est hébergé à l’aide d’énergie renouvelable.

Lorsque nous créons un site web, nous le testons et si besoin l’améliorons afin diminuer au maximum son nombre gramme par CO².

Il est donc très important pour nous de définir dès la construction du cahier des charges, au contenu à faire apparaître sur son site afin d’éliminer au maximum les éléments non essentiels et lourds.

Découvrez comment est calculé le score Website Carbon de nos sites éco-conçus -> En savoir plus

Comment réduire votre empreinte carbone en tant qu’entrepreneur numérique ?

1 – Gardez plus longtemps vos équipements

Ordinateurs, assistants vocaux, tablettes, smartphones, montres connectées… Nous sommes de plus en plus équipés et renouvelons ce matériel très rapidement (en moyenne une fois tous les 2 ans), ce qui n’est pas sans conséquences.

Paradoxalement, plus on «dématérialise», plus on utilise de matières.

Et plus on miniaturise et complexifie les composants, plus on alourdit leur impact sur l’environnement.

En effet, la production de composants complexes exige beaucoup d’énergie, des traitements chimiques et des métaux rares comme pr exemple : le tantale qui est indispensable aux téléphones portables ou l’indium qui est indispensable aux écrans plats LCD.

Les fabricants sont en train d’épuiser ces minerais précieux à un rythme inégalé, et ce dans des mines où les conditions de travail sont souvent inacceptables.

2 – Limitez votre achat d’équipements numériques au strict minimum

L’impact environnemental de notre portable ne débute pas lorsqu’on l’allume pour la première fois, mais bien dès les premières minutes de sa conception.

La production d’un smartphone, tablette, ordinateur ou box Alexa nécessite l’extraction de métaux rares qui épuise des ressources non renouvelables.

L’utilisation de métaux rares nécessaires à la fabrication de vos équipements demande une quantité massive d’eau et de produits chimiques, la plupart du temps dans des zones pauvres sujettes à conflits géopolitiques et où l’encadrement écologique est inexistant.

D’après l’ADEME, c’est 2kg de matières premières qui sont utilisées pour la fabrication de votre ordinateur.

Il est donc judicieux de limiter le nombre d’équipements numériques le plus possible, dans votre entreprise.

Par exemple, en vous limitant à l’achat d’une seule imprimante par étage au lieu d’une imprimante par service.

3 – Limitez votre consommation d’énergie

Les technologies numériques sont le premier poste de consommation électrique dans les entreprises. Le quart des consommations électriques des équipements informatiques pourrait être évité. Mais comment ?

  • Ne laissez pas les appareils en veille ou allumés en permanence,
  • Ne laissez pas les chargeurs de téléphones ou portables branchés et charger dans le vide,
  • Fermez le plus souvent possible, l’interrupteur d’alimentation de votre box internet (43% des personnes et entreprises, n’éteignent jamais leur box et 41% l’éteignent uniquement en cas d’absence prolongée).

    Une box consomme autant qu’un réfrigérateur !

    Sa consommation totale sur un an, se situe entre 150 et 300kWh : c’est autant qu’un grand réfrigérateur.

4 – Optimisez vos impressions

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le développement du numérique n’a pas encore entraîné une forte diminution de la consommation de papier.

Réduire les impressions, c’est faire des économies de papier, d’argent, de matières premières, d’énergie et son empreinte carbone …

Imprimez seulement ce qui est utile et strictement nécessaire.

Privilégier la lecture d’un document digital ou d’un email sur votre ordinateur au lieu de l’imprimer sur du papier, pour ensuite le jeter à la poubelle le jour même.

5 – Recyclez dès que cela est possible

Les déchets d’équipements électriques et électroniques font l’objet d’une collecte et d’un traitement spécifique.

Ainsi, les appareils informatiques et de télécommunication doivent être rapportés dans les magasins (qui ont l’obligation de les reprendre même si le produit n’a pas été acheté chez eux) ou en déchèterie.

La plupart des matériaux que contiennent ces équipements sont recyclables et réutilisables, voire précieux (or, platine…) ou très rares (tantale, lanthane, néodyme, yttrium…). À titre d’exemple, on compte 50 à 100 fois plus d’or dans une tonne de cartes électroniques que dans 1 tonne de minerai.

D’autres sont dangereux pour l’environnement et la santé (plomb, brome, arsenic, chlore, mercure, cadmium…) et doivent être traités en conséquence.

6 – Allégez et triez vos emails

L’impact de l’envoi d’un mail dépend du poids des pièces jointes, du temps de stockage sur un serveur mais aussi du nombre de destinataires. Multiplier par 10 le nombre des destinataires d’un mail multiplie par 4 son impact.

Pensez à utiliser des sites de dépôt temporaire écoresponsables et français tel que FILEVERT, pour vos fichiers lourds : documents, vidéos et images, plutôt que l’envoi de pièces jointes via email.

La plupart du temps vos transferts de documents sont supprimés au bout de quelques jours. De plus, le téléchargement ne se fait que par le destinataire, s’il le souhaite.

Supprimez les emails que vous avez déjà lus et que vous ne re-consulterez pas dans le futur et désinscrivez-vous aux newsletters dont vous savez pertinemment que vous ne lirez jamais par manque de temps ou de motivation.

7 – Réduisez également votre poids numérique sur les réseaux sociaux

Tout comme sur votre site internet, les réseaux sociaux et autres plateformes reliées à votre activité ont un impact phénoménal sur l’environnement, sachant qu’il y a des milliards d’utilisateurs sur ces plateformes.

Il est donc pertinent de raisonner sa façon de consommer sur ces plateformes : diminuer sa fréquence de publication, le poids de ses visuels qui sont aussi gourmande en carbone.

8 – Télétravaillez autant que possible

La crise sanitaire et les confinements successifs ont logiquement accru la pratique du télétravail.

Entre mars et mai 2020, 41,6% des actifs français y ont eu recours.

Avec pour résultat de réduire de 30% les impacts environnementaux associés aux trajets domicile-travail et de 58% les particules en suspension dans l’air.

Le télétravail pourrait aussi permettre aux entreprises de réduire leurs besoins immobiliers et donc les locaux à louer, chauffer et entretenir.

Sources :

. La face cachée du numérique (ADEME : Agence de la Transition Écologique).

. FileVert

. Website Carbon

Un projet en tête ?
Réservez votre rendez-vous découverte !

Written by

Experte en management de projets digitaux depuis 5 ans et en entrepreneuriat depuis 8 ans, Vanessa lance sa première entreprise à l'âge de 15 ans. Elle est aujourd'hui la CEO de l'agence digitale Lægger & la Créatrice du podcast Ascension. Elle partage ses expériences entrepreneuriales & accompagne les créateurs d'entreprise à impact positif dans leur phase d'amorçage et de croissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top

Un projet en tête ?

Réservez votre rendez-vous découverte en visioconférence ou par téléphone !

 

BUREAUX
Allée des bouvreuils – 42510 NERVIEUX

TÉLÉPHONE
04 77 26 91 24

EMAIL
info@laegger.com

RÉSEAUX SOCIAUX