Lancer sa marque responsable sans argent grâce au bootstrapping : Le guide complet

Rejoindre la liste d'attente du programme de formation Stratégie Bootstrapping

Cet épisode de podcast est une introduction à mon prochain programme formation en ligne : Stratégie Bootstrapping, que je lancerai dans quelques mois.

 

Ce programme vous apprendra à tester votre idée d’entreprise et la lancer sans risque et sans argent.

Il sera composé de 45 vidéos de formation en ligne qui traiteront en détail de comment :

Découvrez le programme et les avantages de la formation Stratégie Bootstrapping ! Le parcours d’accompagnement en ligne pour tous ceux qui souhaitent lancer une startup ENGAGÉE & RENTABLE.

Qu'est-ce que le bootstrapping

Le bootstrapping est l’art de lancer son entreprise sans argent et sans risque.

Je suis fan du Bootstrapping car c’est la meilleure façon de lancer une entreprise, de confronter son produit auprès de sa cible clientèle et de prouver sa viabilité à des investisseurs et banquiers.

 

D’ailleurs, mes 3 entreprises ont toutes été lancées en Bootstrapping :

* Vaniouss Coiffure (relooking coiffure et recettes de soins bio & naturels afro-caribéens) en 2009 à 2016 – pendant 7 ans

* La Malle Féminine (marque de maroquinerie de luxe éco responsable) en 2018 à 2021 – pendant 3,5 ans

* Lægger (plateforme de création de marque à impact positif) depuis 2021

 

L’objectif est au début de ne se concentrer que sur l’essentiel en ne réalisant que 20% des actions qui vous rapporteront 80% de résultats, en utilisant les moyens du bord (moyens humains, matériels et financiers uniquement à votre disposition sans faire de levée de fond).

Je l’appelle le système D de l’entrepreneuriat ! 

 

Pour mieux comprendre, voici un exemple :

La précommande est pour moi une stratégie de Bootstrapping car elle vous permet de lancer votre première collection sans prendre de risque, avec le minimum d’investissement possible et en peu de temps.

Pour se faire, vous aurez juste besoin de fabriquer votre premier prototype, de le mettre en scène avec des vidéos et un shooting photo afin que les clients se projettent, à préparer votre page de vente et hop ! Vous pouvez lancer vos précommandes depuis chez vous, juste avec un prototype et avant même d’avoir lancer la fabrication de vos produits ! 

 

Dans cette exemple :

* Le 20% représente : le prototype (soit 1 seul produit fabriqué), le shooting photo, la vidéo de précommande, la  page de précommande pour recevoir les paiements en ligne & le marketing : environ 1 000€ à 2 000€ d’investissements en fonction du prix de votre prototype.

* Le 80% : votre chiffre d’affaires de 10 000€ générés avec seulement 1 prototype.

En Bootstrapping, 20% d’actions marketing et 2 000€ max investis, vous auront rapporté 10 000€ de chiffre d’affaires.

Et au pire, si cela n’aurait pas marché, vous n’auriez perdu que 2 000€ ! 

Dans un cas classique, vous auriez dû investir minimum 20 000€ à l’avance sans être sûr que votre idée marcherait.

Pourquoi la levée de fonds n'est pas faite pour tout le monde

En ce moment en France, les levées de fonds sont en vogue. Beaucoup en parlent mais très peu savent ce que cela signifie réellement.

Faire une levée de fonds sans avoir prouvé que son idée marche en ayant obtenu des ventes et/ou une communauté d’acheteurs ultra-engagés, c’est quasiment impossible, sauf si, vous avez déjà des contacts d’investisseurs dans votre cercle proche, qui vous fond déjà confiance.

De surcroît, si vous n’êtes pas dans le monde de la tech, ce sera encore plus difficile dans les années qui viennent.

Les sujets actuellement en vogue sont la blockchain, la crypto, les logiciels ou plateformes SAAS, l’intelligence artificielle et tout autre business qui tournent autour du monde de la tech.

Pour rappel, faire une levée de fonds c’est vendre une partie de son capital à des investisseurs en échange d’une certaine somme d’argent afin d’accélérer la croissance de votre entreprise.

 

C’est-à-dire, perdre par la même occasion, une partie de son pouvoir de décision en tant que Fondateur/trice de son marque.

Faire des comptes rendus chaque semaine, chaque mois, chaque trimestre à des personnes pour leur prouver que vous ne jetez pas leur argent à la poubelle.

Si vous n’êtes plus associé majoritaire, vous pouvez littéralement vous faire éjecter de votre entreprise comme cela est arrivé à Steeve Jobs, Fondateur d’Apple et bien d’autres entrepreneurs.

Vous devrez y réfléchir à deux fois, bien choisir vos investisseurs et vous assurer qu’il y ait un bon fit, si la levée de fonds, c’est quelque chose que vous envisagez.

En bref, ce n’est plus réellement vous, le seul patron. Toutefois, il existe des solutions pour racheter les parts de vos investisseurs au bout de quelques années, mais encore faut-il que vous ayez assez de trésorerie pour que votre offre soit attrayante et que vos investisseurs acceptent de céder leurs parts.

 

A titre personnel, la principale raison pour laquelle j’ai décidé de me lancer dans l’entrepreneuriat s’était pour la liberté que cela me procurait.

Je n’avais pas envie de faire valider mes choix et faire des rapports à quelqu’un d’autre, alors qu’il s’agissait de mon entreprise. C’est ma vision !

Il existe des alternatives comme le Bootstrapping ou encore le Crowdlending, qui est une forme de levée de fonds participative.

 

TOUT LE MONDE N’A PAS ENVIE, NI BESOIN DE FAIRE UNE LEVÉE DE FONDS !

La levée de fond vous permet d’aller plus vite, mais ne garanti pas la réussite et la viabilité de votre projet entrepreneuriale, si celle-ci n’a pas été éprouvée efficacement en amont !

 

De nos jours, il est devenu plus facile de lancer son entreprise avec seulement 200€ en poche et gérer 8000€ de CA dans le même mois, suite aux barrières à l’entrée qui ont été levées grâce à l’avènement du digital.

Ca a été mon cas avec ma plateforme de création de marque à impact positif : Lægger.

 

Cependant, lorsqu’on lance une marque avec des produits physiques à fabriquer, les enjeux ne sont pas du tout les mêmes et les fonds de départ nécessaires, non plus.

 

Comme vous le savez, je viens d’une famille modeste avec des parents qui gagnaient le SMIC, voir 80% du SMIC quelques mois, ce qui m’a poussé à prendre très vite mon indépendance.

J’ai commencé à faire des petits boulots dès 12 ans : Ménage à domicile chez les personnes âgées de mon voisinage et j’aidais mon beau-père qui était entrepreneur dans le jardinage le week-end.

A 15 ans j’ai lancé mon premier vrai business dans le relooking coiffure et les soins pour cheveux Afro-caraïbéens afin d’aider les femmes noires à assumer leur beauté et à reprendre confiance en elles.

J’adorais la coiffure et j’en ai fait un petit business à côté de mes cours au lycée.

Si vous avez raté l’épisode n1 de ce podcast dans lequel je vous raconte mon parcours, je vous invite vivement à l’écouter.

 

Bref, tout cela pour vous dire que je pars de loin et que tout est possible avec de la persévérance, de la stratégie et de la patience.

Je comptabilise à ce jour, 10 ans d’entrepreneuriat et 3 entreprises créées avant mes 27 ans. Donc rien n’est impossible pour vous aussi, si vous partez de zéro.

Parmi ces 3 entreprises, j’ai lancé une marque de mode en ligne, qui s’est transformé au fur et à mesure en marque de maroquinerie de luxe écoresponsable, alors que j’étais encore étudiante et que je vivais avec 700€ par mois et des crédits étudiants.

 

Alors aujourd’hui, si vous souhaitez lancer une entreprise sans relations, sans pistons, sans connaissances dans l’entrepreneuriat, sans liste email, vous êtes au bon endroit !

Je veux vous partager mes astuces pour réussir à lancer une marque écoresponsable rentable en partant de rien, mais aussi les erreurs que j’ai commises et que vous ne devez surtout pas commettre.

 

Pour vous rassurer, vous aurez beau avoir 30 ans d’expériences dans un domaine, vous ferez toujours des erreurs, par mégarde ou manque d’information, alors ne culpabilisez pas ou n’ayez pas honte d’échouer.

Le quotidien d’un Entrepreneur est de prendre des risques, des décisions et de résoudre des problèmes avec le minimum d’informations à sa disposition.

Un moment, vous devez sauter et voir par la suite, si votre décision était la bonne !

Qu'est-ce qu'un Entrepreneur à impact positif

Primo, un entrepreneur est quelqu’un qui propose une solution tangible ou intangible à un client afin de résoudre un problème, en échange d’une rémunération. Point !

 

Secondo, l’Entrepreneur à impact positif, lui, en plus de résoudre un problème, va s’assurer que son activité, que son business model ait un impact positif sur la société, que cela soit au niveau social, sociétal ou environnemental.

 

Longtemps, je n’ai pas considéré ma première activité comme de l’entrepreneuriat car pour moi, c’était comme un passe-temps et j’étais mineure.

 

Pourtant, je résolvais un vrai problème ! Je rendais des femmes heureuses et les aidais à reprendre confiance en elles.

Je me faisait rémunérer pour cela. Je gagnais certains mois, 2 à 3 fois le salaire de mes parents pendant l’été car j’étais disponible 7 jours sur 7, contrairement durant la période scolaire où je ne pouvais travailler que le dimanche.

 

Il n’y a pas de sot métier ou de niveau hiérarchique dans l’entrepreneuriat.

 

Une activité n’est pas mieux qu’une autre. Un statut juridique n’est pas non plus mieux qu’un autre.

 

Si vous êtes micro-entrepreneur, que vous êtes la seule personne dans votre business, cela ne veut pas dire que vous n’êtes pas légitime.

 

Si un jour, il y a un problème dans votre business, ce sera VOUS le responsable légalement. C’est vous, qui serez poursuivi juridiquement.

C’est VOUS, qui êtes reconnu comme dirigeant de votre entreprise dès la création juridique de votre entreprise.

 

Si vous êtes auto-entrepreneur aujourd’hui, que tu gagnes 100 000€ ou 20 000€ par an, vous êtes entrepreneur et considéré comme tel aux yeux de la loi au moment de votre création de statut.

 

Bien entendu, que les enjeux lorsqu’on entreprends seul ou à plusieurs ne sont pas les mêmes !

 

Maintenant que les choses sont plus claires pour vous, que vous savez en quoi consiste la levée de fonds, qu’est-ce qu’un entrepreneur à impact positif et qu’est-ce que le bootstrapping, nous allons apprendre étape par étape à lancer une entreprise à impact positif sans argent et sans risque !

Les étapes pour lancer sa marque responsable sans argent & sans risques

Maintenant que les choses sont plus claires pour vous, que vous savez en quoi consiste la levée de fonds, qu’est-ce qu’un entrepreneur à impact positif et qu’est-ce que le bootstrapping, nous allons apprendre étape par étape à lancer une entreprise sans argent et sans risque !

Étape 1 - Trouver un problème à résoudre

Je ne comprends pas, les personnes qui viennent vers moi et me demandent si j’ai des idées de business à leur proposer pour devenir riche en moins de 6 mois …

 

Je suis convaincue que c’est le problème qui fait de vous un Entrepreneur et non l’Entrepreneur qui créé le problème.

 

80% des entrepreneurs à succès sont devenus entrepreneurs après avoir identifié un problème qu’ils vivaient dans leur quotidien ou dans celui des personnes de leur entourage, auxquels il n’y avait aucune solution satisfaisante.

 

Alors, ils l’ont créée et sont devenus malgré eux, entrepreneurs.

 

Si vous prenez le problème à l’envers en pensant que vous aller vous lancer dans l’entrepreneuriat parce que vous souhaitez devenir riche du jour au lendemain, sans prendre en considération les besoins de vos clients sérieusement, votre entreprise ne fera pas long feu.

 

Car au début ils vont acheter votre produit, mais par la suite ils sentiront que vous ne vous préoccupez pas de leur besoin et que leur satisfaction n’est pas votre priorité.

 

Je pense qu’aujourd’hui où la jeune génération cherche beaucoup plus de sens à sa vie et n’achète que chez des marques ayant une histoire forte et un impact positif, l’entreprise doit être incarnée par l’entrepreneur pour créer une marque forte, mémorable et impactante dans la vie des autres. Vous pouvez partir de votre histoire personnelle.

 

Je dis que l’entrepreneuriat m’a sauvé la vie, alors j’ai souhaité en faire ma mission, mon activité principale, mon business.

 

Je souhaitais lancer une entreprise qui aident les entrepreneurs à lancer la leur, en créant une plateforme où ils trouveraient tout ce dont ils ont besoin pour être rentable et vivre de leur activité dès les premiers jours de leur lancement :

Alors j’ai fait un mix entre :

 

Un besoin existant et récurrent : il y a de plus en plus d’entrepreneurs qui se lancent et il y en aura toujours plus. Ce sont les entrepreneurs qui financent un pays. Le problème c’est qu’ils sont perdus avec toutes les informations à disposition et ne savent pas par quoi commencer.

 

+ Mon histoire personnelle : l’entrepreneuriat m’a aidé a élevé ma condition initiale, à me développer personnellement et psychologiquement et à me créer une vie sur-mesure dans laquelle je me sens libre

 

+ Mes compétences et mes domaines de prédilections : le digital, le design, le marketing, l’entrepreneuriat et le développement personnel.

 

= Lægger : La plateforme de création de marque à impact positif qui vous apprend à lancer une entreprise rentable rapidement, qui fait du sens & du bien dans la société et est basée sur votre histoire personnelle.

 

Donc pour moi, premièrement, vous devez trouver un problème à résoudre, de préférence très important dans la vie de votre client cible.

La meilleure idée business, est celle qui répond à un vrai besoin et qui peut être scalable.

 

Plus vous allez résoudre un problème important et récurrent, plus vous aurez des chances de réussir et de vous faire rémunérer régulièrement pour cela.

 

Par exemple, régler des problèmes de peaux liés aux changements hormonaux des femmes en proposant une crème multifonctions qui apporte les soins et vitamines nécessaires dont a besoin la peau et au bon moment.

Étape 2 - Définir son WHY afin de créer une marque forte & une communauté engagée.

Pourquoi est-il important de définir son “POURQUOI” avant même de se lancer en business ? 🤷‍♀️

 

Le WHY ou POURQUOI représente l’essence, le but profond et le combat que vous souhaitez mener au sein de votre entreprise.

 

Avant même de penser aux caractéristiques de votre produit/service, voici pour quelles raisons vous devez définir votre WHY :

 

1/ Vous n’êtes pas la seule personne sur votre marché et les consommateurs s’attachent avant tout à vos valeurs, votre mission, votre personnalité, votre message, avant d’acheter votre produit.

 

En ayant un pourquoi bien défini que vous communiquez haut et fort, vous attirez et fidélisez des clients qui sont en total adéquation avec vos valeurs, votre combat et qui deviendront vos premiers ambassadeurs.

 

2/ Avoir un pourquoi fort, permet de tenir sur le long terme, d’endurer les coups durs de l’entrepreneuriat et de ne jamais abandonner.

 

Il est d’ailleurs prouvé que la principale cause du burn-out est un manque de sens, de but dans le travail que l’on s’efforce de faire au quotidien.

 

3/ Il vous permet d’avoir de la clarté sur le chemin que vous devez parcourir pour atteindre vos objectifs.

 

Sans vision précise, pas de succès ! Vous aurez tendance à vous diriger vers tout ce qui brille au lieu de vous focaliser sur la mission de votre entreprise.

 

4/ Il vous permettra de prendre les meilleures décisions lorsque vous serez face à des choix cornéliens afin de toujours rester en accord avec votre but profond.

 

Par exemple : Ce salarié ou fabricant a t-il les mêmes valeurs que moi ? En prenant cette décision est-ce je suis en train de servir ma mission ou suis-je plutôt en train de la trahir ?

 

5/ Créer une entreprise dont le business model est en accord avec vos besoins personnels et pas seulement professionnels.

 

Par exemple : Avoir une activité qui vous permettra de vendre 24h/24h, tout en étant disponible tous les jours pour votre famille ou de faire le tour du monde.

Étape 3 - Trouver une solution au problème identifié

Il existe autant de façon de réussir dans l’entrepreneuriat qu’il existe d’entrepreneurs.

Pour le même problème identifié, il existe des millions de combinaisons de solutions possibles.

 

Votre solution peut être tangible : un produit ou intangible : un service, un logiciel.

Vous devez trouver la solution qui vous correspond le mieux.

Cela n’empêche pas que votre offre évolue avec le temps.

 

Vous pouvez également tout à fait combiner dans votre offre : un produit et un service.

 

Si je reprends mon exemple de problèmes de peau liés aux changements hormonaux, un même entrepreneur peut trouver des milliers de façons différentes de les résoudre :

Étape 4 - Choisir le bon business model

Une fois que vous avez défini votre client idéal, votre produit et étudié le prix que vos clients sont prêts à payer, vous devez impérativement choisir la façon dont il sera commercialisé et distribué.

 

Attention à ne pas confondre business model et business plan !

 

Le business model concerne la vente, le modèle économique de votre entreprise : quel client, quel produit, à quel prix, de quelle manière et avec l’aide de qui et quoi.

Le business plan lui, va vous permettre d’étudier votre seuil de rentabilité et de réaliser des projections financières.

 

Le business model est le “COMMENT”.

Le business plan est le “COMBIEN”.

 

Votre business model doit être en adéquation avec votre style de vie rêvé.

 

Pour illustrer mes propos, voici quelques business model qui pourraient vous intéresser en bootstrapping :

Business model n°1 - Le dropshipping responsable

En dropshipping, vous ne fabriquez aucun produit & vous ne livrez aucun produit à vos clients.

C’est votre fournisseur qui s’occupe de tout !

 

Ici, on ne parle pas de dropshiping non éthique via Aliexpress mais de dropshipping responsable qui vous permet de vendre sur votre boutique et de valoriser les produits de créateurs, d’artisans et de producteurs locaux, bios et à impact positif, comme par exemple, la marque de bougies Made in France : Canderella.fr

 

C’était d’ailleurs mon premier business model chez LA MALLE FEMININE afin de récolter mes premiers fonds pour fabriquer et vendre mes propres créations.

 

Voici le concept du dropshipping responsable :

1.
Marketing

Vous proposez sur votre boutique en ligne des produits qui proviennent de fournisseurs, artisans, producteurs locaux, éthiques et responsables. Vous vous occupez du marketing digital et de présenter les produits sur votre site.

2.
Vente

Un client passe commande sur votre site en payant un prix que vous avez définit. Vous percevez le paiement sur votre compte de banque.

3.
Commande

Vous passez commande auprès de votre fournisseur, fabricant ou producteur local responsable et payez son produit avec les frais de port nécessaires.

4.
Livraison

Votre fournisseur livre le produit commandé directement au client sans passer par vous ! Le produit peut être livré sous le packaging du fournisseur ou sous le vôtre avec votre logo. La somme qu'il vous reste, devient votre marge brute.

Business model n°2 - La vente en BtoB

BtoB = Business to Business.

C’est à dire que vous ne vendez qu’à des professionnels.

 

Si je reprends mon exemple : vous pouvez décider de ne vendre votre crème qu’à des professionnels en pharmacie ou à des boutiques de cosmétiques telles que Séphora, NYX Cosmetics, Yves Rocher ou encore Nocibé.

 

L’avantage : Vous avez la possibilité de vendre en grosse quantité très rapidement (des centaines, voir des milliers de produits par semaine). Vous vous faite connaître très rapidement auprès du grand public également. Vous profitez de la notoriété de ces grandes boutiques ou de la forte fréquentation en pharmacie pour vendre vos produits au plus grand nombre.

 

L’inconvénient : Qui dit grosse quantité, dit prix de gros. En vendant vos produits à des revendeurs, vous allez devoir négocier avec eux, un prix de vente moins élevé, qui vous dégagera une marge un peu plus réduite que celle que vous auriez eue en BtoC, auprès du grand public.

Business model n°3 - La vente 100% en ligne en BtoC

La vente 100% en ligne en BtoC, revient à être une marque DNVB (Digital Native Verticale Brand), c’est à dire une marque qui est née grâce au digital, qui réalise son marketing en ligne et qui ne vend qu’en ligne sur son propre site ou par le biais de plateformes e-commerce.

 

Avec ce business model, vous pouvez vendre vos créations en ligne en fixant vos prix en toute liberté, sans avoir à négocier des marges plus faibles comme cela peut arriver en BtoB.

 

C’est l’exemple de Sézane, Meuf Paris, La Malle Féminine, Oé Vin, etc.

Business model n°4 - Le freemium

C’est un business model très répandu dans la TECH. 

Le principe est de proposer une version gratuite de son application avec des fonctionnalités limitées afin de le tester sans limite de durée, et si votre client souhaite obtenir plus de fonctionnalités, il devra payer un abonnement en SAAS (c’est-à-dire chaque mois ou chaque année avec possibilité de résiliation à tout moment).

 

Certaines entreprises ont un business model 100% freemium et comptent sur les dons de leurs utilisateurs, d’investisseurs philanthropes, comme Wikipédia et d’autres outils de développeurs web que j’utilise dans mon travail. 

 

Je ne vous le conseille pas … Impossible de faire des prévisions et d’en vivre. En général, ce sont des entreprises en side-project, créées par passion, qui ont un business model 100% freemium.

Business model n°5 - L'achat-revente

L’achat-revente ou le négoce, consiste à acheter un stock de produits physiques négociés avec votre fournisseur et à le revendre plus cher au détail, sur votre site, en magasin physique ou sur une plateforme e-commerce, en vous prenant une marge.

 

C’est le business model le plus répandu et celui des vendeurs d’Amazon, Ebay et de nombreuses marques.

Et a été également l’un de mes business model de transition, avant que je lance mes propres créations.

 

A la différence du dropshipping responsable, vous aurez besoin d’un minimum de fond financier pour acheter votre stock, développer votre packaging et expédier les colis vous-même.

 

Bien d’autres business model existent …

Nous en parlerons dans ma formation Stratégie Bootstrapping :

Découvrez le programme et les avantages de la formation Stratégie Bootstrapping ! Le parcours d’accompagnement en ligne pour tous ceux qui souhaitent lancer une startup ENGAGÉE & RENTABLE.

Étape 5 - Faire une étude marché accélérée pour définir son client idéal et cocréer le produit parfait

Vous pouvez créer une enquête Typeform, Google Form ou directement par téléphone pour poser une série de questions à la cible que vous avez identifiée.

 

Cette étude vous permettra de valider qu’il s’agit bien de la bonne cible et de la bonne solution à proposer.

 

Elle permet en quelque sorte de valider l’intérêt du marché pour votre produit ou service, de peaufiner votre service ou produit avant même de vous lancer dans la création d’un prototype et de connaître votre cible dans les moindres détails

.

Pour ce faire, je vous invite à vous rendre sur mon post Instagram dédié à la création d’un personae, qui contient toutes les étapes et toutes les questions à (se) poser :

Étape 6 - Développer une communauté sur les réseaux sociaux & votre Mailing list

Il est important de développer une communauté engagée par email et sur les réseaux sociaux qui va vous soutenir dans votre projet, parler de vous gratuitement autour d’elle, vous faire des retours régulièrement pour améliorer votre produit et même vous l’acheter lorsqu’il sortira.

C’est d’ailleurs ce qui fera votre succès, si vous décidez de lancer votre marque en crowdfunding !

 

Vos abonnés seront inscrits sur votre liste d’attente email pendant plusieurs mois, cocréeront votre produit avec vous, seront les premiers ambassadeurs de votre marque, mais aussi vos premiers clients.

 

Voir l’exemple de l’entreprise Green Got qui est une banque en ligne écoresponsable.

 

Ils ont lancé leur compte Instagram et leur site 2 ans avant de lancer leur premier prototype et compte à ce jour, plus de 22 000 abonnés sur leurs réseaux sociaux et dans leur liste email, alors que leur service de banque en ligne n’a pas encore été lancé.

 

J’aimerais vraiment insister sur le fait de construire sa liste d’emails clients dès le lancement de son entreprise, voire même avant le lancement de son entreprise et en voici les principales raisons :

 

1/ Le retour sur investissement de l’emailing est 4 fois plus supérieur à celui des autres médias et leviers d’acquisition de clients.⠀

Il est supérieur au SEO, au SEA (à la publicité) et aux réseaux sociaux qui eux, créent plutôt du trafic sur votre site.

 

Cela signifie qu’il est 4 fois plus rentable et à 4 fois plus d’impact sur les personnes qui reçoivent vos emails. Les abonnés à votre newsletter ont l’impression de créer une relation personnelle avec eux, si vous les rédigez correctement et les personnalisez un maximum.

 

2/ C’est aussi le moyen préféré des français pour être contactés depuis la loi RGPD qui a permis de diminuer et de choisir les emails que l’on reçoit. ⠀

 

Ils sont donc moins intrusifs et attendus par les destinataires car ils ont donné l’autorisation d’être contactés. Ils y seront donc plus réceptifs.⠀

3/ C’est le levier le moins cher et le plus rentable en marketing car il est quasiment gratuit.

En effet, lorsque vous prenez un abonnement chez un CRM ou un logiciel d’emailing tel que Sendinblue, pour seulement 19€ par mois, vous pouvez envoyer jusqu’à 10 000 emails par mois.

Un email ne vous coûte donc que 0,0019€.

 

Et si vous avez mis en place un parcours d’emailing automatisé performant et bien ciblé lorsqu’un prospect rentre dans votre base d’ emailing, celui-ci peut passer commande sur votre site avec moins de 5 relances emails.

 

En clair, pour avoir une vente sur votre site, cela vous aura coûté moins de 0,01€ grâce à votre campagne emailing en coûts d’acquisition directs (en effet, dans cette démonstration, je ne compte pas le coût indirect du temps que vous avez passez à rédiger la campagne emailing par exemple).

 

Mais cela reste tout de même ultra rentable et efficient !

 

4/ Enfin, si du jour au lendemain, Instagram, LinkedIn ou tout autre réseau social que vous utilisez pour acquérir de nouveaux clients, décide de fermer votre compte du jour au lendemain (comme cela arrive plus souvent qu’on ne le croit et sans raison valable), tous vos contacts et tous vos contenus disparaissent.

 

Selon moi, les réseaux sociaux sont utiles pour créer une nouvelle communauté engagée autour de votre projet à impact, que vous devez absolument rediriger vers votre liste d’email.

Étape 7 - Tester votre idée grandeur nature en vendant vos produits avant même de les fabriquer

Votre produit est validé.

Votre client cible est validé.

Votre business model est validé.

Votre WHY est validé.

Vous sentez que vous avez une communauté engagée prête à vous soutenir dans cette nouvelle aventure entrepreneuriale !

GO ! C’est le moment de tester à grande échelle votre produit !

 

Même si vous avez fait une étude de marché, un sondage où 99% des personnes disent qu’elles sont prêtes à acheter votre produit, croyez-moi, lorsque le moment sera venu d’acheter votre produit au moment de sa sortie, moins de 20% l’achèteront (soit parce que ce n’est pas le bon moment, car ils n’en n’ont pas encore besoin, parce qu’ils n’ont pas l’argent, etc.).

 

Pour moi, si vous voulez vous lancer dans un business à temps plein sans prendre trop de risque, vous devez faire un vrai test grandeur nature, qui consiste à vendre votre produit en précommande avant même de la fabriquer.

 

C’est ce qu’à fait Anthony Bourdon, le Fondateur de la marque FEED, une marque de la Foodtech, spécialisée dans les snacks et repas sains.

 

Il a généré plus de 250 000€ de pré-ventes avant même d’avoir créer son produit grâce à la création de pages de vente sur lesquelles on pouvait découvrir le design d’un prototype de barre de céréale équilibrée.

 

Cela peut aussi passer par le fait de lancer une campagne de crowdfunding ou une page de précommandes sur votre site, avant de vous engager dans de grosses dépenses.

 

C’est une chose que je n’ai pas faite et l’une de mes plus grosses erreurs, lorsque j’ai lancé LA MALLE FEMININE.

 

Je n’avais même pas fait d’étude de personae. Je me suis dis que j’adorais le produit, qu’il était à un prix accessible, alors ça allait marcher !

 

Alors oui ça a marché 2, 3 mois grâce à l’euphorie du nouveau, de la tendance. Mais au fur et à mesure que je vendais de nouveaux produits sur ma boutique, ça marchait de moins en moins.

 

C’est alors que j’ai décidé de lancer des enquêtes et des phases de tests avec mes 10 000 abonnés dans le temps. 

 

Je suis passé à un business model d’achat / revente à un business model de précommande où je cocréais avec ma communauté, le produit idéal et 100% en précommande.

 

C’était plus responsable car je ne fabriquais que l’essentiel. Plus économique pour moi. Je pouvais faire des prévisions.

 

Je n’avais aucun stock à solder en cas de flop.

 

Car quand on habitue ses clients aux soldes et aux promotions, le problème c’est qu’ils n’attendent que ces périodes de soldes et n’achètent pratiquement plus lorsque vous n’en faites pas.

 

Alors j’ai arrêté de vendre à perte, j’ai arrêté les produits qui ne rémunéraient pas mes fabricants, ni mon entreprise à notre juste valeur. C’était un puit sans fond !

 

Si vous souhaitez apprendre à lancer des précommandes et une campagne de crowdfunding, je vous invite à vous rendre sur mon article de blog “Lancer une campagne de crowdfunding qui cartonne, qui devient virale” et à télécharger mon plan d’action gratuit de 40 pages.

Allez encore plus loin en téléchargeant notre plan d’action gratuit : “Lancer une campagne de crowdfunding qui cartonne ».

Etape 8 - Choisir le bon statut juridique et créer votre entreprise

Dès que vous avez généré vos premiers euros, vous devez créer un statut juridique.

Pour l’auto-entreprise, vous avez jusqu’à 30 jours pour créer votre statut après avoir perçu vos premiers euros.

 

Je vous en parle quasiment à la fin de cet épisode de podcast, car certains statuts sont payants, chers, longs et complexes à rédiger et qu’il ne sert à rien de s’embêter avec des démarches administratives supplémentaires alors que l’on n’est même pas sûrs que notre idée marchera.

 

En fonction de si vous souhaitez vous lancer seul ou à plusieurs associés, mais aussi en fonction de vos aspirations (levée de fonds ou pas, limitation de responsabilité, …) il existe différents statuts juridiques possibles :

 

La micro-entreprise, l’EIRL, l’EURL, la SASU, si vous souhaitez vous lancer seul.

 

La SAS, la SARL, SA, SNC, SCA, SCI etc… si vous souhaitez entreprendre à plusieurs.

 

Vous pouvez également vous rapprocher auprès d’un juriste ou un expert-comptable pour vous conseiller.

 

Ou vous préinscrire à ma formation Stratégie Bootstrapping : 

Découvrez le programme et les avantages de la formation Stratégie Bootstrapping ! Le parcours d’accompagnement en ligne pour tous ceux qui souhaitent lancer une startup ENGAGÉE & RENTABLE.

Vous avez aimé cet épisode de podcast ?

Laissez-moi un commentaire et un avis 5 étoiles sur Apple Podcast « Ascension par Vanessa Digonal » – Le podcast des Entrepreneurs à impact positif : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/ascension-par-vanessa-digonal/id1595066625

Written by

Experte en management de projets digitaux depuis 5 ans et en entrepreneuriat depuis 10 ans, Vanessa lance sa première entreprise à l'âge de 15 ans.Elle est aujourd'hui la CEO de Lægger, la plateforme de création de marque à impact positif & la Créatrice du podcast Ascension.Elle partage ses expériences entrepreneuriales & accompagne les créateurs d'entreprise à impact positif dans leur phase d'amorçage et de croissance.

Laisser un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L’agence & l’incubateur des startups à impact

Un projet en tête ?

 

BUREAUX
Lægger
Allée des bouvreuils,
42510 Nervieux (France)

RÉSEAUX SOCIAUX